top of page
  • Photo du rédacteurCharlotte Maignan

Anne de Bretagne



Je suis née le 25 janvier 1477 à Nantes. Mon père est le duc de Bretagne François II et ma mère est Marguerite de Foix. J’ai une petite sœur Isabelle. Nous vivons entre Nantes, Rennes et Clisson. Mon enfance et mon insouciance s’arrêtent avec le décès de ma mère puis de mon père et assez rapidement de ma sœur.

 

Avant sa mort, mon père a fait une liste de mes prétendants. Je suis son héritière et dois régner sur le duché de Bretagne.

 

Ces prétendants sont le roi d’Angleterre Henri VII, Alain Albert, le duc d’Orléans mais il est marié de force par Louis XI à sa fille Jeanne de France, le prince d’Orange Jean IV, le duc de Buckingham, Edward Stafford et Maximilien d’Autriche, Empereur du Saint Empire.

 

Je me marie par procuration à ce fameux Maximilien qui pourrait être mon grand-père au cours de l’année 1491. Les Français nous attaquent et je suis contrainte de renoncer au mariage avec Maximilien et d’épouser le jeune roi de France Charles VIII le 6 décembre 1491 à Langeais.

J’ai 14 ans et Charles en a 21 ans. Malgré un mariage forcé, l’entente se fait bien entre nous. Nous aurons six enfants. Malheureusement tous mourront en bas-âge : Charles-Orland, François, une fille, Charles, François et Anne. Ce mariage relativement heureux se finit soudain le 7 avril 1498 à Amboise lorsque Charles se cogne la tête contre un linteau de porte.

 

Je retourne dans mon duché de Bretagne. Lors de mon contrat de mariage avec Charles, il est stipulé que je dois me marier avec le prochain héritier. C’est le duc d’Orléans, Louis, douzième du nom qui est marié à Jeanne de France. La première chose que fait Louis est de demander l’annulation de son premier mariage et il me fait la cour. Je négocie cette fois mon contrat de mariage et m’assurer que ma chère Bretagne ne se soit pas trop lésée par les Français.

 

Nous nous marions le 1er janvier 1499. Claude, notre première fille nait le 14 octobre 1499. Louis fait installer Louise de Savoie avec ses enfants : Marguerite et le petit François au Clos Lucé, à Amboise. Si je ne donne pas d’héritier à Louis, c’est le jeune François qui devient roi. Parfois, je me suis demandé si Louise n’invoquait par trop le mauvais sort. Je donne cinq enfants avec deux fausses couches. Seules Claude et Renée vivront. La première se maria sitôt mon enterrement passé avec le jeune duc d’Angoulême, François. Ma petite dernière sera mariée par François, alors roi de France, au duc de Ferrare.

Je meurs le 9 janvier 1514 à Blois.

Mon mari me suit dans la tombe le 1er janvier 1515 après avoir contracter un troisième mariage avec la très jeune Marie d’Angleterre.

 

Venez me voir à Blois, je serai ravie de vous raconter ma vie de cour. 

Posts récents

Voir tout
bottom of page